Messages : 1087

index

Hors ligneMessageimmercurien » dim. 28 août 2016 19:43

il a pris 10 ans

Avatar de l’utilisateur
Messages : 4261

index

Hors ligneMessageCasim' » dim. 28 août 2016 20:05

Il a dit que ce n'était pas un cancer. Moi je verrais bien l'anneau gastrique.

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9292

index

Hors ligneMessagesolid.snake » mer. 7 sept. 2016 10:22

PSG, OM, OL, FC Nantes, ASSE, LOSC : un naming à 45 M€ pour la Ligue 1 ?

- Aujourd'hui à 05:15

La LFP négocie avec SFR pour le Naming de la Ligue 1. Une situation qui agace Canal+, diffuseur historique du championnat, qui se sent menacé par ce nouveau et puissant rival. Si l’on en croit L’Equipe du jour, et à l’instar de Domino’s Pizza avec la Ligue 2, la Ligue 1 pourrait très prochainement accoler une marque à son patronyme… Et ce serait SFR, dirigé par l’homme d’affaires Patrick Drahi, qui serait proche de rafler la mise. SFR prêt à miser sur la Ligue 1 pour trois saisons En effet, le quotidien sportif affirme que la LFP et SFR seraient tout proche d’un accord pour la somme de 15 M€ par an pendant trois ans… Soit 45 M€ sur la durée du contrat. Les négociations ont déjà largement été entamées mais celles-ci ont dû être mises en stand-by à cause de Canal+. Le diffuseur historique du championnat conteste ce projet, SFR n’étant pas simplement un opérateur de télécoms mais également un nouveau média et donc un concurrent du groupe dans l’optique du prochain appel d’offres des droits TV. Arnaud Carond
http://www.football-addict.com/article/ ... dict-FR-TW

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9930

index

En ligneMessageDjeunzzz » mer. 7 sept. 2016 16:23

On peut comprendre l'énervement de Canal !
"Dis-moi ce qui te fait peur, et je te dirai mon programme." (Thomas Bidegain)

Avatar de l’utilisateur
Messages : 1540

index

Hors ligneMessagejem59 » mer. 7 sept. 2016 16:40

c'est l'offre & la demande, il est temps que canal est le monopole

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9930

index

En ligneMessageDjeunzzz » mer. 7 sept. 2016 16:57

Gné ?
"Dis-moi ce qui te fait peur, et je te dirai mon programme." (Thomas Bidegain)

Messages : 4637

index

Hors ligneMessagejames » mer. 7 sept. 2016 17:13

"depuis" manque apparemment.hein jem?
Trop d'Amour, tue l' amour. Par contre trop de conneries...

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9930

index

En ligneMessageDjeunzzz » mer. 7 sept. 2016 17:17

Gné² ?
"Dis-moi ce qui te fait peur, et je te dirai mon programme." (Thomas Bidegain)

Messages : 4637

index

Hors ligneMessagejames » mer. 7 sept. 2016 17:23

Gné ??
Trop d'Amour, tue l' amour. Par contre trop de conneries...

Avatar de l’utilisateur
Messages : 4261

index

Hors ligneMessageCasim' » mer. 7 sept. 2016 17:58

Gné^3?

Avatar de l’utilisateur
Messages : 5672
Localisation : Mont Athos (Effet Papillon)

index

Hors ligneMessageLeelh osc » mer. 7 sept. 2016 17:59

Ga-Gné.
Marcus : "C'étaient des grandes gueules, j'étais avec un grand black, on a croisé des skinheads on leur a fait des bras d'honneur ils ont pas bronché."

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9292

index

Hors ligneMessagesolid.snake » mer. 2 nov. 2016 12:31

Ligue 1 - Après l'intervention de François Hollande pour les droits TV, la LFP se rebiffe
Jean Canesse
Image

il y a 13 minutes
DROITS TV - Depuis l'annonce de son intervention dans la bataille des droits TV entre Canal + et BeIN Sport, François Hollande doit gérer une nouvelle polémique. La LFP, qui s'estime flouée, est passée à l'attaque.

"J'ai appelé l'Emir du Qatar. Je souhaite qu'il y ait un partage." Moins remarquées que ses sorties sur les magistrats ou sur les footballeurs mal éduqués, ces deux phrases de François Hollande commencent à faire grand bruit trois semaines après la sortie du livre confessions "Un président ne devrait pas dire ça."


Depuis la révélation de son intervention dans la lutte pour les droits TV entre Canal + et BeIN Sports, laquelle a succédé la venue secrète de Bertrand Méheut et Rodolphe Belmer (les dirigeants de C+ de l'époque) à l'Elysée il y a deux ans, François Hollande doit gérer la colère de la Ligue professionnelle de football (LFP). Cette dernière, s'estimant flouée, cherche à contre-attaquer avec l'aide de ses avocats, révèle le Canard Enchaîné ce mercredi 2 novembre.

Elle aurait perdu 100 à 150 millions d'euros
Alors que la vente de ses différents lots lui avait rapporté la somme record de 726,5 millions d'euros il y a deux ans, l'instance tricolore aurait pu empocher 100 à 150 millions d'euros supplémentaires si BeIn Sport s'était montré un concurrent plus féroce le jour J face à Canal +.

"On peut soupçonner un accord politique, la France faisant pression sur l'Etat du Qatar afin que celui-ci ne tue pas Canal plus et le monde du cinéma. Nous ne le saurons jamais", avait regretté Frédéric Thiriez dans les colonnes du Point, il y a deux ans, alors qu'il était encore président de la LFP.

Désormais informée, la Ligue pourrait entamer "des poursuites en responsabilités pour faute contre l'Etat" avec une "copieuse demande d'indemnité", précise le Canard Enchaîné. Selon le journal indépendant, cette dernière peut aussi se fendre d'une "saisine de l'Autorité de la concurrence pour délit d'entente". François Hollande voulait siffler la fin d'un duel, il a lancé un nouveau match.
Canal+ filme la Ligue 1 depuis 1984.

http://www.eurosport.fr/football/ligue- ... tory.shtml

Avatar de l’utilisateur
Messages : 4914

index

En ligneMessagepfff... » mer. 2 nov. 2016 12:36

Putain de pays communiste qui utilise le pognon du contribualble pour faire plaisir aux clowns artistes et autres agents culturels.
Avec Boufal et Eder, 2 techniciens hors-pair, on a sans doute la meilleure équipe de L1 après le PSG
"Laisser tomber 2 minutes cet idiot de Trump,... De toutes façons, il n'a aucune chance d'être élu." EJ

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9292

index

Hors ligneMessagesolid.snake » ven. 11 nov. 2016 10:53

LFP : Accord sur les futurs droits télés, victoire des petits clubs

Image
Publié Vendredi 11 Novembre 2016

En attendant un éventuel nouveau retournement de situation ce vendredi lors de la réunion élective du président de la LFP, les clubs français ont trouvé un accord sur le nerf de la guerre entre les deux syndicats du football professionnel.

Il s’agit de la répartition des droits télés, un gâteau de 750 ME par an tout de même. Actuellement, entre le premier et le dernier de la Ligue 1, le ratio est de 1 à 4,1, à savoir que le premier touche 4,1 fois plus que le dernier du championnat. Il sera désormais réduit progressivement les deux prochaines saisons, pour passer finalement de 1 à 3,2. Et ce ratio pourrait encore baisser en fonction du futur appel d’offres, pouvant aller jusqu'à de 1 à 2,2, affirme ainsi L'Equipe.

Une sacrée claque pour ceux qui espéraient un partage plus avantageux pour les gros clubs, qui ne pourront donc pas se tailler une énorme part dans le gâteau des droits télés. Mais ce sacrifice aura permis de contenter les petits clubs, et ainsi de passer une journée élective plus sereine, puisque Jean-Michel Aulas devrait récupérer sa place dans le conseil d’administration de la LFP, même s’il reste à trouver un président, entre Michel Seydoux, Jean-Michel Roussier, et Pierre Repellini.
http://www.foot01.com/ligue1/lfp-accord ... ubs,228450

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9292

index

Hors ligneMessagesolid.snake » jeu. 24 nov. 2016 10:28

TV : La LFP décidera le 13 décembre si elle attaque Canal+ et BeInSports

Publié Jeudi 24 Novembre 2016

Dans le fameux livre « Un président ne devrait pas dire ça », François Hollande avait confié à des journalistes qu'il était personnellement intervenu lors du dernier appel d'offres des droits TV du football afin que BeInSports ne rafle pas toute la mise en demandant aux patrons de la chaîne qatarie qu'ils s'entendent avec Canal+ pour se répartir la gâteau.

Du côté des clubs de foot français, cela a été la stupéfaction puis l'écoeurement d'apprendre qu'une entente totalement interdite avait à priori eu lieu entre les deux concurrents, ce qui a évidemment évité une bataille à coups de millions d'euros au détriment du football français professionnels et amateurs. En effet, une partie de cette manne financière va également vers les petits clubs. Si Jean-Michel Aulas avait été l'un des premiers à dégainer en réclamant que la justice soit saisie du dossier, suivi par Frédéric Thiriez, ancien patron de la LFP, la nouvelle direction de la Ligue de Football Professionnel s'est également attaquée au dossier. L'instance du foot pro a demandé au cabinet d'avocats Clifford Chance d'étudier chacun des éléments de cette histoire et ce dernier donnera son avis le 13 décembre prochain lors d'une réunion du conseil d'administration de la LFP. A ce stade, rien n'est écarté et notamment pas le fait que la Ligue saisisse la justice pour réclamer un énorme dédommagement financier à Canal+ et BeInSports.


http://www.foot01.com/ligue1/tv-la-lfp- ... rts,229620

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9292

index

Hors ligneMessagesolid.snake » lun. 13 févr. 2017 14:11

TV : Orange prêt à aider Canal+ pour faire pleurer SFR

Image

Publié Lundi 13 Février 2017

Canal+ a pris du plomb dans l'aile au niveau des droits TV sportifs, la perte de la Premier League étant indéniablement un rude coup porté à la chaîne qui avait tout fait pour avoir le monopole sur le football. Outre BeInSports, avec qui C+ a tenté un rapprochement refusé par les autorités, c'est surtout SFR qui fait très peur à la chaîne de Vincent Bolloré. Car après l'Angleterre, SFR a fait savoir qu'elle serait dans la course lors du prochaine appel d'offres des droits de la Ligue 1, dont le contrat s'achève dans deux ans.

Pour essayer de revenir au combat, malgré un nombre d'abonnés en baisse, Canal+ pourrait bien s'appuyer sur Orange. En effet, selon Les Echos, les deux groupes discutent afin de permettre à Canal+ de ne plus lâcher de terrain sur le sport, avec par exemple le dossier de la Formule 1, dont les droits seront remis sur le marché durant l'été, ou celui de la Ligue des champions. Orange et Canal+ cherchent donc un moyen de travailler en commun, Orange apportant à la chaîne cryptée des moyens financiers supplémentaires sans à priori devenir actionnaire de Canal+. Tout cela promet des joutes musclées lors des prochains appels d'offres, en espérant que les téléspectateurs ne soient pas les dindons de la farce. C'est pourtant ce que l'on peut craindre, l'exemple de la Premier League, que pas grand monde ne peut regarder, étant là pour le prouver.

http://www.foot01.com/ligue1/tv-orange- ... sfr,238206

Avatar de l’utilisateur
Messages : 5402

index

Hors ligneMessageMalébolgia » lun. 13 févr. 2017 14:43

Je savais pas ou mettre ça,putain ça fait peur...

https://www.youtube.com/watch?v=Lra54-kZjFo

Avatar de l’utilisateur
Messages : 5672
Localisation : Mont Athos (Effet Papillon)

index

Hors ligneMessageLeelh osc » mar. 14 févr. 2017 13:55

Déjà vu frère !
Marcus : "C'étaient des grandes gueules, j'étais avec un grand black, on a croisé des skinheads on leur a fait des bras d'honneur ils ont pas bronché."

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9292

index

Hors ligneMessagesolid.snake » mar. 25 avr. 2017 19:37

« Le football professionnel français a un gros challenge à relever »

Image
interview michel seydoux

Publié le 25 avril, 2017 | par Anthony Alyce

Ecofoot.fr a eu la chance cette semaine de s’entretenir avec Michel Seydoux, ancien Président du LOSC. Au cours de cet entretien, nous avons abordé le niveau actuel des recettes télévisuelles perçues par le football professionnel français tout en évoquant les aménagements à mettre en place pour dynamiser la croissance des revenus médias de la Ligue 1.


Le montant des droits TV domestiques actuellement perçus par le football professionnel français (748,5 M€ par saison pour le cycle 2016-20) est-il conforme aux données du marché ?

La réponse est non. Même s’il n’existe pas vraiment de « prix du marché ». Et c’est toujours un exercice périlleux de comparer les droits audiovisuels des différents championnats européens.

Toutefois, le montant obtenu par la Ligue 1 est faible compte tenu des conditions dans lesquelles l’appel d’offres a été lancé en 2014. La tension entre Canal + et BeIN Sports était alors à son paroxysme.


Après, nous savons que l’appel d’offres a été biaisé par une intervention politique. Des tractations ont été menées pour que BeIN Sports et Canal + obtiennent un partage équitable des droits de la Ligue 1. La LFP n’a alors pas obtenu le juste prix concernant la commercialisation des droits TV de ses compétitions pour la période 2016-20.

Pourquoi la LFP a-t-elle décidé en 2014 d’anticiper sa procédure d’appel d’offres concernant la commercialisation des droits TV de L1 et L2 pour la période 2016-20 ? Le choix du timing était-il opportun ?

A l’époque j’ai eu la chance de faire partie à la LFP de la Commission chargée de préparer cet appel d’offres. Nous avions beaucoup réfléchi avant de prendre une telle décision. La décision d’anticiper la procédure faisait l’unanimité au sein de la Commission.




Selon nos prévisions, nous souhaitions profiter de l’intense concurrence que se livraient alors Canal + et BeIN Sports dans l’acquisition de droits TV sportifs premiums. C’est vrai qu’il y avait déjà des bruits de couloir annonçant une possible entrée d’Altice sur le marché. Mais nous n’étions pas au courant précisément de leurs projets. De plus, un opérateur n’entre jamais sur le marché en clamant haut et fort qu’il va acquérir des droits premiums. Nous pensions alors que la concurrence entre les deux acteurs déjà présents suffirait à revaloriser de façon significative les droits TV de la compétition.

La LFP parviendra-t-elle à accroître fortement ses droits TV domestiques concernant le cycle 2020-24 ?

La LFP ne pourra plus s’appuyer exclusivement sur la concurrence Canal +/BeIN Sports pour augmenter ses droits TV. Les deux acteurs ont d’ailleurs failli officialiser un accord de distribution au printemps dernier, qui a néanmoins été invalidé par l’Autorité de la Concurrence.




Cependant, le secteur est en pleine mutation ! Demain, les compétitions sportives ne seront plus diffusées de la même manière. Nous observons actuellement un phénomène de convergence entre les plateformes et les ayants droits.

Les acteurs du web comme Amazon, Facebook, Netflix… font progressivement leur entrée dans le secteur des droits audiovisuels sportifs. Les stratégies de fidélisation de ces acteurs passent par l’acquisition de droits TV sportifs.

Et ces acteurs du web possèdent de phénoménales capacités d’investissements ! Netflix vient de franchir la barre des 100 millions d’abonnés (!) dont déjà près d’un million en France. Le marché change de dimension par rapport à nos opérateurs classiques.

D’ailleurs, au-delà du spectacle produit, la Premier League doit ses importants revenus télévisuels domestiques à la puissance de ses diffuseurs. La convergence entre secteur télécom et groupe audiovisuel est plus avancée au Royaume-Uni et un groupe comme Sky compte beaucoup plus d’abonnés que Canal + par exemple.

Concrètement, comment la Ligue 1 peut tirer profit des mutations du secteur audiovisuel ?

En France, j’ai l’impression parfois que nous sommes trop passifs dans la commercialisation des droits audiovisuels de nos compétitions. Et cette remarque ne concerne pas exclusivement le football. Quand on pense détenir un bon produit, on imagine que les enchères vont grimper automatiquement. Mais ce n’est pas toujours aussi simple.

Le football professionnel français a un gros challenge à relever lors du prochain appel d’offres. Et pour atteindre tous les objectifs, il sera nécessaire de bâtir une équipe très solide composée d’experts du secteur et en capacité de mener à bien tout le travail nécessaire en amont pour optimiser la valeur des droits audiovisuels des compétitions.

Et il y a énormément de travail à accomplir pour réussir cette mission. Cela ne suffit plus de mandater des cabinets d’audit/marketing afin d’accomplir des études pour retravailler à la marge notre produit. Il faut s’attaquer à de multiples facteurs (réseautage avec les potentiels nouveaux entrants, entretien de bonnes relations avec les diffuseurs actuels, questionnement sur le format des compétitions, étude sur la durée des cycles de commercialisation…) pour accélérer la croissance des revenus médias de la Ligue 1.

L’arrivée de Didier Quillot, provenant du secteur des télécommunications, peut-elle apporter une plus-value dans la négociation des prochains droits TV ?

Pour obtenir une plus-value, il faut une équipe. Un très bon capitaine ne suffit pas. De plus, l’organisation actuelle de la gouvernance du football professionnel français ne permet pas, à mon sens, d’optimiser la vente des droits audiovisuels et commerciaux de la Ligue 1.

Quelle organisation prônez-vous ?

Le problème de la LFP, c’est qu’elle est prise entre deux feux. D’une part, elle assure les missions régaliennes en définissant les règlements, en s’assurant de l’équité des compétitions… D’autre part, elle gère également les sujets commerciaux. Or, vous ne demandez jamais à un juge d’être commerçant !

Aujourd’hui, je pense qu’il est nécessaire de créer une société commerciale qui gère le patrimoine collectif de la Ligue 1, sur le modèle de la Premier League. Avec une telle organisation, le championnat anglais dispose d’une machine de guerre commerciale en capacité de conquérir des parts de marchés dans tous les secteurs.

A-t-on une chance de mettre en place cette société commerciale avant le prochain appel d’offres des droits TV ?

Tous les ingrédients sont réunis pour faire avancer ce sujet. Nous avons maintenant besoin d’un rapprochement entre les deux syndicats réunissant les clubs professionnels (Première Ligue et l’UCPF) afin de donner un coup d’accélérateur aux dossiers. Puis, deux sociétés commerciales, l’une pour la L1, l’autre pour la L2, pourraient voir le jour. Les bonnes volontés sont là ! Maintenant, il ne faut pas avoir peur de prendre les décisions et les faire appliquer.

https://www.ecofoot.fr/interview-michel ... tstv-2014/

Avatar de l’utilisateur
Messages : 9292

index

Hors ligneMessagesolid.snake » jeu. 22 juin 2017 17:24

Médias
Canal+ et beIN Sports autorisés à se rapprocher

Publié le jeudi 22 juin 2017 à 12:45 | Mis à jour le 22/06/2017 à 12:53

L'Autorité de la concurrence a assoupli ce jeudi les règles imposées au groupe Canal+ depuis 2012, face à l'arrivée de nouveaux acteurs sur le marché audiovisuel.

Image
L'Autorité de la concurrence a assoupli les injonctions fixées à Canal+ depuis 2012. (A. Martin/L'Equipe)

L'Autorité de la concurrence a rendu jeudi une décision très attendue sur le marché de la télévision payante. Le régulateur, qui devait actualiser une série d'injonctions faites en 2012 au groupe Canal+ après sa fusion avec le groupe TPS, a décidé d'assouplir les obligations qui pesaient sur la chaîne cryptée.

Désormais, Canal+ pourra reprendre en exclusivité une chaîne premium, comme elle en avait fait la demande sans succès l'année dernière à l'autorité de la concurrence, pour la chaîne beIN Sports.
beIN Sports pourra être distribué hors bouquet par les autres

La porte est donc ouverte a un rapprochement commercial entre les deux chaînes, même si celui-ci sera limité. Car si Canal est autorisé à reprendre beIN Sports exclusivement dans son bouquet, il aura aussi l'obligation de permettre aux autres distributeurs (Orange, SFR, Free...) de distribuer la chaîne à l'unité (hors bouquet donc) s'ils lui en font la demande.

Une sorte de semi-exclusivité qui offre un atout à Canal+, mais qui augure de négociations commerciales compliquées avec les distributeurs, si Canal décide de coupler son offre avec celle de beIN Sports.

Par ailleurs, Canal+ est désormais libre de rétrocéder des matches à ses canaux en clair C8 ou C17, sans obligation de mise en concurrence via un appel d'offres.
https://www.lequipe.fr/Medias/Actualite ... her/812610


Retourner vers « Avenue du Petit-Paradis »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : benosc, blackeyedpeas, denisplaya, Djeunzzz, emille, frandsen, Gnou, Google [Bot], jackhammer, Lejo, Medusant, Mr.Hermantraut, MrK, nikus, pfff..., Rastabigoud, spidernam59, steely dan, toones, Vieuxsage et 21 invités